[Histoire sans fin] Petit marteau casse (souvent) gros caillou

PUBLICITE

On ne pouvait pas passer sans la remarquer. Elle était assise juste à l’entrée.

Elle n’était pas mince, alors là pas du tout. En langage ivoirien on dira qu’elle était en forme, grande, dans les 1m72.

Elle avait porté un petit body noir très décolleté qui avait du mal à supporter ses airbags volumineux. Mais ce n’était pas ça qui attirait le regard!

C’était son mini orange moulant, qui avait du mal à couvrir le tiers de ses cuisses. Aaaah. Et comme le voulait la mode actuelle, elle était perchée sur des talons 8 cm à bouts carrés, eux aussi orange.

Tout cet orange rendait encore plus éclatant son teint orangé (qui n’avait rien de naturel, mais bon, on est habitué maintenant).

Elle semblait être la reine de la soirée. Manifestement, elle était bien, et la demie bouteille de Jack Daniel devant elle laissait supposer qu’elle avait les moyens de sa politique.

Elle était seule dans son salon, et on y installa le trio des Tree-Tree.

Tous les regards convergeaient vers la déesse, et certainement l’instinct de prédateur de chacun des mâles dans le lieu était titillé…

Était-elle accompagnée? On ne tarda pas à le savoir. Son compagnon arriva, et l’émoi était total ! Pourquoi? Simple. Il était totalement l’opposé de ceux à quoi on aurait pu s’attendre.

Il était mince, maigrelet, drapé dans un polo rouge trop gros pour lui un peu délavé. Pareil comme son jean bleu tout aussi délavé.

Il était visible dans les regards que tout le monde se demandait: « Comment un tel vanupied peut avoir une telle conquête ? »

Mais un œil expert aurait bien vite remarqué cette assurance et ce calme qui émanait de lui. C’était le prototype tout craché du « gars plein aux as qui néglige son apparence vestimentaire ».

À son arrivée la déesse éclaira la pénombre d’un sourire généreux! Elle semblait heureuse de le voir venir. Avec son sourire on aurait pu éteindre les lumières que la salle resterait éclairée. Ouais. Vrai sourire rehaussé par le rouge à lèvres orangé.

Dès le prochain morceau elle se leva, et se mît à danser de la façon la plus sensuelle qui soit. Le gringalet souriait à pleine dent, et n’hésitait pas à toucher le parchoc de la miss juste à portée de main.

Ouais, aucun doute n’était possible, ils étaient ensembles, et peut être depuis un bon moment, tant ils étaient complices…

Ce qui était censé être une soirée historique se transforma en un instant en cauchemar…

Ouais, un vrai cauchemar…

De raconter la suite ?

la suite1

La suite. Tout était parfait, bonne ambiance, bonne musique, bonne compagnie. Le mec sentit son portable vibrer dans sa poche, d’un coup d’œil rapide, reconnu l’émetteur et entreprit d’aller décrocher cet appel.

À peine était-il arrivé à la porte que ce qu’on m’avait dit et que j’hésitais à croire depuis, se produisit devant nos yeux ébahis. On m’avait dit qu’en toute femme se cache une princesse et une vipère.

En une seconde, que dis-je, une fraction de seconde, la déesse s’était transformée en vipère, avait rattrapé le mec à la porte et entreprit de lui arracher le portable. Il était clair qu’elle avait plus de force que lui, et le voir désespérément s’accrocher à son portable de toutes ses forces faisait pitié.

PUBLICITE


Ces quelques secondes de « lutte » semblèrent une éternité, tant le spectacle était surréaliste. Au même instant la porte s’ouvrit derrière la miss, qui fut distraite 3 secondes. Il n’en fallut pas plus au mec pour retirer son téléphone et se glisser dehors par la porte entrebâillée.

Bien sur elle le suivit dehors, vous connaissez les femmes… On entendait de loin ses éclats de voix « tu parles à qui à cette heure? » Ekieeee! Pour parler dans son propre téléphone il faut demander la permission. Même si l’heure est avancée ça reste quand même son téléphone non?

Et puis, quelle idée de soulever un mastodonte quand on est une souris? Je n’ai jamais compris pourquoi les petits messieurs aiment les poids lourds comme ça. C’est la nature tout ça …

On aurait pensé que le cauchemar s’était arrêté la, lorsqu’on les vit revenir quelques minutes après tout souriants. Ils s’assirent et sirotèrent leur Jack, tout en se chuchotant des choses qu’on aurait tous aimé entendre.

Ouais, ce mec était un chef. Il avait des ressources insoupçonnées. Qu’est ce qu’il avait bien pu lui dire pour retourner la situation à son avantage? Elle souriait à nouveau et ne se gênait pas de le smacker. Petit marteau casse vraiment gros caillou!

Et puis retournement de situation ! C’est maintenant madame qui manipule frénétiquement son Galaxy Note.Quoi? Comment je sais que c’est un Galaxy Note dans le noir là? Je suis affairé? Nooon, loin de la, j’ai un collègue qui a le même, donc facile de le reconnaître, héhé.

« Oui… Viens keh… Je t’attends hein, hummm… »
« Tu es arrivée? Mais tu es ou?… »
« Au carrefour! au carrefour! arrête toi au carrefour… »
« Ok je sors »

Mais qui est ce qu’elle attend? On ne tarda pas à le savoir…

De raconter la suite?

la suite2

A l’odeur qui la précéda, on sentait qu’elle venait d’écraser une cigarette. La déesse devenue femme fatale entra, suivie de son invitée.

L’invitée elle, n’était pas une awoulaba. Elle était plus un bobarafitini, dans les 1m68 malgré les talons aiguilles. Mêches brésiliennes tombant jusqu’à mi-dos, rouge à lèvres rouge vifs appuyé d’un gloss, fond de teints marqué. Hum !

Et si ça ne suffisait pas, c’est son teint moitié marron, moitié jaune, moitié orange qui achevait de convaincre qu’elle n’était pas venue pour s’amuser. Et le comble, c’est qu’en plus de son teint digne d’un camouflage d’un soldat français dans le désert du mali, elle avait porté une robe… camouflage vert armé, ocre et marron !!

Le trio des Tree-Tree ne put étouffer ses rires moqueurs. Miss camouflage vint s’asseoir près du couple. La configuration était donc Miss camouflage à gauche, la déesse à droite et le pissant mogo au milieu.

Juste après qu’une nouvelle demi-bouteille de Jack fut amenée (certainement pour célébrer l’entrée tonitruante de miss « KMOU »), revirement de situation!! (Encore! oui je sais, mais que puis-je… 2 secondes que je reprenne mon souffle…)

OK, c’est bon, continuons donc…

Monsieur fut gentiment prié de passer à l’extrême droite, parce qu’ « elles devaient causer ». Et dès cet instant il fut royalement ignoré. Et puis arriva la séquence « Zouk ». La déesse attrapa miss camouflage et allèrent se trémousser sur la piste, laissant pantois l’homme au polo.

Elles revinrent après 2 morceaux, s’assirent, se servirent, et burent. L’homme au polo ne souriait guère plus. C’est à ce moment que l’un des membres du trio des « Tree-Tree » entrepris de faire la causette à Miss Camouflouge.

  • « Bonsoir », adressa t-il, ponctué d’un sourire colgate faisant voir ses 32 dents d’un coup
  • « C’est pour quoi ? » Lança t’elle, appuyé d’un regard de dédain.
  • « Pour rien, bonne soirée » fit il en rejoignant sa place, tout honteux et confus.

« Celle-ci doit être uniquement vipère », dit-il à ses compères qui visiblement s’apprêtaient à l’attacher. Et à ce moment, ils se rappelèrent tous de cette chanson de DJ LEO « Poto na poto, haaa taper POTEAU »

Si vous ne connaissez pas cette chanson, allez l’écouter sur Youtube, car c’est elle qui justifie la suite…

De raconter la suite ??

Condamné à réussir

One comment

  1. I simply want to mention I am just new to blogging and site-building and truly enjoyed you’re website. Probably I’m going to bookmark your blog post . You really have very good posts. Thanks for sharing with us your webpage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

WpCoderX